Image Alt

Arima Onsen

Après une journée d’exploration, pourquoi ne pas se détendre dans les sources chaudes d’Arima Onsen ? À seulement 30 minutes de train depuis Sannomiya, le centre ville de Kobe, l’un des trois plus anciens quartiers de sources chaudes (depuis le septième siècle !) vous accueillera dans un cadre typique du Japon traditionnel.

En effet, les bâtiments en bois rappellent l’architecture commune pendant l’époque Édo. Les rues pittoresques et bordées de petits commerces sont parfaites pour se dégourdir les jambes lors de promenades, afin de découvrir les spécialités locales, comme l’Arima kago, panier en bambou décliné en plusieurs tailles et objets, ou l’Arima ningyō fude, un trésor d’artisanat sous forme de pinceau recouvert de tissu avec à son extrémité une petite poupée pop-up. Les spécialités culinaires, telles que le cidre d’Arima et les biscuits de riz d’Arima (les Tansansenbei), fabriqués avec l’eau de locale, sont de véritables délices à déguster lors de votre passage à Arima Onsen. L’Arima zanshō, un poivre japonais mijoté dans de la sauce soja sur un feu de bois traditionnel, est également une excellente idée de souvenir à rapporter chez soi ou à offrir. Enfin, le parc Zuihō-ji, sublime en automne, est un incontournable à visiter.

Cependant, ce sont en réalité les deux sources chaudes du quartier à la composition particulière qui caractérisent et ont rendus célèbres les lieux, depuis des temps anciens : la source d’or, à la couleur si particulière, soulage les nerfs et améliore la circulation sanguine, tandis que la source d’argent a la réputation d’améliorer la qualité de la peau. Contrairement à d’autres sources chaudes, Arima Onsen n’est pas située à côté d’un volcan, l’eau est donc réchauffée par un procédé naturel tout à fait unique. Même les visiteurs pressés qui n’auront pas l’occasion de s’arrêter une nuit dans un ryokan pour vivre l’hospitalité à la japonaise peuvent profiter des sources du quartier. De nombreux établissements proposent un accès à la journée ou à l’heure dans leur bain, mais vous pourrez également vous reposer au bord du bain de pied public et gratuit qui traverse le quartier.

Informations pratiques

Accès

À 30 min de la gare de Shin-Kobe, avec la ligne Hokushinkyuko jusqu’à Tanigami, puis avec la ligne Kobe Dentetsu-Arima jusqu’à la gare de Arima Onsen

Adresse

790-3 Arima-chō Kita-ku, 651-1401 Kōbe-shi, Hyōgo

Horaires

Kin no yu : de 8 h à 22 h. Fermé le 2ème et 4ème mardi du mois. Fermé le 1er janvier et le lendemain des jours fériés.

Gin no Yu : de 9 h à 21 h. Fermé le 1er et 3ème mardi du mois. Fermé le 1er janvier et le lendemain des jours fériés.

Tarifs

Kin no yu :

  • Adulte : 650 yens (environ 5 €)
  • Enfant (moins de 15 ans) : 340 yens (environ 2,60 €)

Gin no yu :

  • Adulte : 550 yens (environ 4,20 €)
  • Enfant (moins de 15 ans) : 290 yens (environ 2,20 €)

Pass pour les deux sources : 850 yens (environ 6,50 €)

Site internet

Informations générales : https://visit.arima-onsen.com/

Informations sur les sources : https://arimaspa-kingin.jp/en-index.htm

Article(s) lié(s)

Le Sanctuaire Oyama Afuri-Jinja

La construction du sanctuaire Oyama Afuri-Jinja remonte à l’antiquité. Des poteries de l’ère Jomon, probablement utilisées pour des fêtes rituelles, ont été découvertes au sommet. Le Mont Oyama est également appelé “Amefuri-san” et ce sanctuaire était autrefois un centre de prière dédié à la divinité de la pluie.

Koma-sando : le chemin d’accès au Mont Oyama

À Oyama, le chemin historique de Koma-sando est un ancien lieu de pélerinage.
Depuis la gare d’Isehara, prenez le bus Kanachu pendant environ 30 minutes, descendez à l’arrêt Oyama Cable, et vous trouverez l’accès à Koma-Sando sur le chemin qui mène au point d’embarquement du funiculaire d’Oyama. Koma-Sando

Le Temple Oyama-dera

Construit en 755. le Temple Oyama est un temple calme et solennel, presque mystique. Les Japonais ont l’habitude d’y faire une halte pendant leurs randonnées sur les pentes du Mont Oyama. On peut y trouver de nombreux vestiges de l’époque Heian, au moment où le moine Kobo Daishi occupait la fonction de moine supérieur. La statue du dieu Fudo Myoo, réalisée à l’époque de Kamakura, y est exposée tous les 8, 18 et 28 de chaque mois. Cette divinité d’Oyama, connue pour être l’un des trois grands dieux du Kanto, est vénéré depuis les temps anciens.

Sushi Kappo Aoki

Situé dans une maison traditionnelle japonaise, le Sushi Kappo Aiko vous propose une cuisine du terroir et des sushis frais […]

WA-SAKURA