Newsletter

Okinawa Newsletter Printemps

 

Célèbre pour ses centenaires, de nombreuses études ont été menées pour trouver le secret de longévité des habitants d’Okinawa. Le secret résiderait dans leur mode de vie, et principalement, dans leur alimentation.  La cuisine traditionnelle d’Okinawa est équilibrée, saine et variée, et garantit ainsi de nombreux bienfaits sur la santé. Le goya champuru, l’okinawa soba, le jûshî, ou encore le mozuku… tant de plats aux noms et aux goûts dépaysants ! L’histoire d’Okinawa étant riche en échanges culturels, vous trouverez également de nombreuses cuisines aux inspirations des quatre coins du monde !  

Éveillez vos papilles avec une cuisine insulaire et tropicale…

 

 


      

ATELIER DE CUISINE 

 

Préparation en cours…

 

La déguster est un incontournable de votre séjour à Okinawa, mais il faut la comprendre pour l’apprécier dans ses moindres détails. Si vous souhaitez apprendre les rudiments de cette cuisine née au 14ème siècle, vous pouvez participer à un cours de cuisine d’Okinawa !

Dans un premier temps, rendez-vous au marché local de Naha pour découvrir les ingrédients typiques de l’archipel. Après avoir choisi des ingrédients frais produits par les fermiers et éleveurs locaux, vous commencerez à travailler les produits pour cuisiner un menu complet façon Okinawa, composé d’un amuse-bouche, d’une soupe, d’un plat principal et d’un dessert.  Les cours sont dispensés par des chefs professionnels accompagnés de passionnés de cuisine bilingue anglais. Tout le monde est accepté, des cuisiniers accomplis aux débutants.

 

Dégustation du plat préparé

 

Cours : de 15h30 à 18h30, tous les jours sauf le lundi

Réservation : https://tasteof.okinawa/cooking-experience/

Tarif : 6500  ¥ ~ 50€

 

 

 


       

L’UMIBUDÔ

 

Umibudô

 

La cuisine d’Okinawa est reconnue pour sa cuisine saine, composée de porc, de produit de la mer et de nombreux fruits et légumes. Parmi ces ingrédients, certains ne peuvent pousser que dans un environnement subtropical comme celui d’Okinawa. C’est le cas de l’umibudô.

Littéralement “grappe de la mer” les umibudô sont des algues ressemblant à des grappes de raisins verts. Ces petites perles ont la particularité d’éclater sous la dent comme le caviar.

Délicatement iodée, cette algue est utilisée dans la cuisine locale d’Okinawa mais elle est également appréciée pour accompagner des plats plus modernes. On les sert à l’apéritif pour accompagner une bière, dans une salade composée ou encore avec du poisson, pour souligner son goût.

L’Umibudô est extrêmement rare en dehors d’Okinawa. Si vous souhaitez le goûter ou le regoûter, vous pouvez cependant l’acheter à l’épicerie d’Umami : https://www.umamiparis.com/fr/algues-/382-umi-budo-40g-4580207980115.html

 


     

OKINAWA ET LA CUISINE VÉGÉTALE ?

 

La cuisine d’Okinawa utilise une grande variété de légumes et de fruits. Même si le porc est un ingrédient important dans beaucoup de plats, les menus végétariens ou seulement à base de poisson sont fréquents dans les restaurants de l’archipel. 

Voici quelques bonnes adresses, références de la cuisine végétale et saine mais gourmande. 

 

Detox Cafe Felicidad

Au centre d’Itoman, au sud de l’île principale d’Okinawa, ce petit café à la devanture discrète cache un paradis pour les amoureux des fruits et des légumes. Les menus et plats à la carte complètement végétariens (certains plats sont mêmes végans) sont copieux et travaillés dans un style moderne et innovant. Les ingrédients sont choisis dans l’objectif de créer un plat bon mais également sain : en effet, ils sont lavés à l’eau hydrogénée, réputée au Japon pour être source d’antioxydant et de réduire l’inflammation conduisant au diabète et aux problèmes cardiaques. 

Prix : plats entre 1000 et 1300 
35-10 Nishikawachō, Itoman-shi, Okinawa-ken 901-0304, Japon
http://detoxcafe-felicidad.net/
Ouvert du mardi au samedi, de 10:00 à 17:00

Re:Hellow BEACH 

 

Tout proche du port de Ishigaki, ce café est doté d’un superbe panorama sur l’océan. Utilisant beaucoup de fruits et légumes de l’île, toutes les sauces sont préparées sur place pour assurer un menu sain, aussi bien pour le petit déjeuner que pour le déjeuner. 

Prix : plats à environ 1500
Adresse : 192-2 Maezato, Ishigaki-shi, Okinawa
Site web : http://rehellow.com/
Horaires : 7h00 à 22h00

 

Shokudo Faidama 

Une cantine à deux pas du marché public de Makishi, au coeur de la ville de  Naha. Originaire de l’île d’Ishigaki, la patronne régale ses clients avec des plateaux Teishoku à base de produits régionaux. Le menu varie toutes les deux semaines, au grand plaisir des fidèles. Le petit plus : les plats sont servis dans de la vaisselle  « yachimun » , un artisanat régional.

Prix : menu à environ 1200¥

Adresse : 1F 2-12-14 Matsuo, Naha-shi, Okinawa 
Horaires : 11h à 15h jusqu’à épuisement de plats.
Fermeture : lundi, mardi

 

Pour d’autres bonnes adresses, rendez-vous sur  : http://beokinawa.jp/guide/fr/sort.html#/1

 


         

L’AWAMORI 

 

Pot d’awamori

 

Contrairement au saké, l’awamori n’est pas une boisson brassée mais distillée. Cet alcool de riz contient entre 20% et 43% d’alcool, soit le double du saké japonais. Le type de riz utilisé est également bien différent. En effet, en lien avec l’histoire de l’île faite d’échanges culturels avec de nombreux pays d’Asie du Sud et du Sud-est, le riz utilisé pour cette boisson n’est pas du riz japonais, mais du riz semblable au riz thaïlandais.

 

Cette boisson peut également être vieillie en pot de terre en cave. Avec le temps, l’alcool perd en puissance et devient plus doux.  A partir de trois ans, elle obtient la dénomination de kûsu, pour « vieil alcool ». Tout comme le vin,  l’awamori se bonifie avec le temps, cependant il ne suffit pas de laisser l’awamori maturer en cave !  Pour ne pas détériorer son arôme, une technique très complexe a été mise au point il y a plusieurs siècles : le « shitsugi »

Cette technique consiste à ajouter au plus vieil awamori un peu d’awamori légèrement plus jeune.  On répétera l’opération avec tous les pots d’awamori, jusqu’à ce que tous ait été brassé avec un awamori moins maturé.

Ainsi,  la boisson conservera son arôme sans perdre en qualité. Avec la bataille d’Okinawa qui fut destructrice, des pots d’awamori vieux de plus de 200 ans furent détruit. De nos jours, certaines familles essayaient de reprendre cette tradition pour produire de l’awamori maturé de plus de 100 ans.

Cette boisson forte peut se boire allongée avec de l’eau, avec des glaçons mais également en cocktails, pour lui donner un côté plus moderne.

 

Cave d’awamori