Le temple d’Iyama Hofukuji

Ce temple est particulièrement connu des Japonais car c’est entre ses murs que la légende du célèbre artiste Sesshū a débuté. Le jeune Sesshū est entré dans ce temple afin de devenir prêtre. Ne passant son temps qu’à dessiner plutôt qu’à étudier, le prêtre en chef le punit en l’attachant à un poteau. La journée passe et lorsqu’il retourne voir le jeune garçon, il aperçoit une souris qui s’agite à ses pieds. Le prêtre tente de chasser la souris et découvre qu’il s’agit en vérité d’un dessin que le jeune Sesshu a réalisé en utilisant ses larmes comme peinture et ses doigts de pieds comme pinceau.

Sesshu est aujourd’hui considéré comme le plus grand maître de la peinture japonaise du lavis d’encre, technique qui consiste à n’utiliser qu’une seule couleur (ex : encre de Chine) en la diluant pour obtenir différentes intensités.

Le temple bouddhiste d’Iyama Hokufuji daterait du XIIIe siècle mais la majorité de ses bâtiments a disparu à la fin de la période Muromachi (1333-1573). L’ensemble de la structure a été ensuite reconstruit durant l’ère Edo. La pagode de trois étages, quant à elle, a été construite lors de la période Muromachi et est restée intacte depuis sa création. Elle a été désignée trésor culturel national.

L’enceinte du temple comprend aujourd’hui de nombreux bâtiments tels qu’un hojo (lieu où réside le chef du monastère), une bibliothèque de manuscrits, une salle de méditation, une salle dédiée à l’écriture, un clocher.

Iyama Hokufuji fait donc partie des rares temples zen qui rassemblent la totalité de ces bâtiments, ce qui explique aussi son importance et sa renommée. La beauté et l’ambiance qui se dégagent de ces lieux sont incroyables, et encore sublimés pendant le printemps et l’automne.

 

Accès
  • À environ 10 minutes en taxi depuis la gare JR de Sōja
Horaires
  • Ouvert tous les jours de 5 heures à 17 heures.
Tarifs
  • Entrée gratuite
Site Internet